La mérule, un champignon redoutable à éviter dans votre maison

Nov 15, 2021 | Astuces maison

Appelée également Lèpre des maisons, la mérule est un ennemi peu connu des propriétaires. Pourtant, elle peut s’attaquer aux habitations et y provoquer d’énormes dégâts. Ce nuisible est même capable de détériorer la stabilité et la longévité du bâti. Sans oublier qu’il pourrait nuire à la santé des occupants. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la mérule.

Mérule : un champignon nuisible

L’infestation de mérule concerne plusieurs régions de France, incluant notamment la Bretagne, la Normandie et l’Ile-de-France.  Pourtant, nombreux sont encore les propriétaires qui ne savent pas ce que c’est.

La mérule, c’est quoi ?

En réalité, la mérule est un champignon qui se développe dans les habitations présentant un taux d’humidité élevé. Elle s’attaque principalement aux éléments en bois. Il s’agit en effet d’un champignon lignivore qui se nourrit des minéraux et de la cellulose qui se trouvent dans ces matériaux. 

La mérule se développe rapidement lorsque les conditions lui sont favorables. Elle est également très résistante et peut  entrer en hibernation pour se proliférer plus tard. Il est à noter que champignon des bois compte parmi les parasites les plus nuisibles. Il est tout aussi redoutable que le termite. Raison pour laquelle, il a décroché le titre de « cancer du bâtiment ».

A quoi ressemble-t-elle ?

La mérule se décline en différentes variétés. La plus courante est baptisée « mérule pleureuse » et a l’aspect d’une toile d’araignée. En effet, elle se présente sous forme d’ouate épaisse comportant des filaments gris ressemblant à des larmes, ce qui explique son nom.

Ses filaments peuvent s’allonger et s’étendre jusqu’à des dizaines de mètres. Ils sont même capables de traverser des murs en pierre d’environ 80 cm d’épaisseur. Comme les redoutables insectes du bois, les termites, la mérule peut réduire l’intérieur des éléments en bois en poudre.

Quel est le mode de développement du mérule ?

Comme il a été mentionné auparavant, la prolifération du mérule est rapide lorsque les conditions lui sont favorables. Il faut souligner que ce champignon aime les endroits sombres et dotés d’un taux d’humidité supérieur à 20%. Évidemment, il se développe dans un lieu constitué de boiseries. La température ambiante doit également osciller entre 25 et 30°C.

Les impacts de la présence du mérule dans la maison

La mérule compte parmi les champignons les plus ravageurs. Comme les célèbres insectes du bois, les termites, elle se nourrit de cellulose. Voilà pourquoi elle s’attaque surtout aux structures en bois. Au début, ces dernières vont s’effriter et se fragiliser. Au fil du temps, la pourriture des éléments contaminés est assurée causant leur effondrement.

Les habitations infestées de ce champignon dévastateur exposent aussi leurs occupants à de nombreux dangers. En effet, la présence de mérule optimise l’apparition de moisissures qui sont à l’origine de divers troubles respiratoires. Chez les personnes allergiques, le risque d’inflammations des alvéoles pulmonaires est à craindre.

Enfin, la mérule peut également s’attaquer aux murs, aux éléments en briques et en ciment ainsi qu’aux fils électriques. Elle peut provoquer un court-circuit, voire même un incendie domestique.

Les différents lieux ciblés par la mérule

Les attaques de champignons concernent tous les éléments en bois de la maison y compris le bois de construction. Il faut citer entre autres les planchers, les poutres, les volets en bois, le plafond, la charpente ainsi que les parquets. Ces parasites du bois peuvent aussi causer la dégradation des meubles comme les commodes, les armoires et les chaises. Parfois, elle peut ravager les maçonneries.

Les solutions à adopter pour lutter contre les champignons de bois

Comment éviter les dangers du mérule ? La meilleure solution est d’appliquer un traitement préventif. Mais si la maison est déjà infestée de champignons, il va falloir adopter un traitement curatif efficace. Découvrez les moyens envisageables pour éradiquer la mérule.

Un bon diagnostic pour commencer

La mérule est un parasite sournois, ce qui la rend encore plus dangereuse. En effet, elle peut se développer en silence et on se rend souvent compte de sa présence un peu trop tard. La solution idéale est de faire appel à un professionnel certifié Qualibat ou CTBA pour réaliser un diagnostic. C’est le seul moyen d’identifier l’ampleur du problème et d’identifier en même les endroits infestés.  Le diagnostiqueur sait également comment traiter et gérer la contamination de votre habitat rapidement.

mérule sous parquet maison bois

Le traitement de la mérule à titre préventif

Pour prévenir et éviter la propagation des champignons, il faut déjà réguler le taux d’humidité de votre logement. Ainsi, il est conseillé d’aérer chaque pièce régulièrement et d’améliorer la qualité de l’isolation thermique.

Il faut aussi éliminer tous les pièces de bois ou en carton dans les endroits humides. Le traitement des bois de charpente et de n’importe surface en bois avec un produit fongicide efficace est aussi requis. Le traitement de l’humidité et son assèchement est aussi au programme s’il y en a.

Le traitement curatif contre la mérule

En cas d’infestation importante, il faut opter pour un traitement anti mérule efficace pour freiner la dégradation du bois. L’application d’un produit de traitement sur les éléments infestés est indispensable.  En général, il est nécessaire d’injecter un fongicide à base d’actifs chimiques. L’application de traitement à chaud est aussi de plus en plus courante.

Si les dégâts sont déjà importants, le déménagement des occupants du logement est inévitable. Tout d’abord, il va falloir traiter le bois touché. Mais il faut aussi procéder aux doublages ou au remplacement des éléments contaminés.

Les dispositions à prendre avant l’achat d’un bien immobilier

Pour éviter les problèmes liés à la présence de champignons lors d’un achat immobilier, il est conseillé de demander l’établissement d’un diagnostic parasitaire. Notons en effet qu’il est difficile d’obtenir une prise en charge par une assurance en cas d’infestation, sauf si elle est due à un dégât des eaux. 

DÉCOUVREZ NOS AUTRES ARTICLES